Qu’est-ce qui change lorsque l’on est (complètement) vacciné ?

Les personnes qui ont reçu toutes leurs doses de vaccin, et qui ont donc bénéficié d’un schéma vaccinal complet, doivent-elles continuer à porter le masque ? Peuvent-elles être cas-contacts ? Doivent-elles continuer à adopter tous les gestes barrière ? Autant de questions auxquelles il a été demandé au Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) de répondre sous la forme de recommandations alors que les Etats-Unis viennent d’assouplir les règles, autorisant les personnes complètement vaccinées à tomber le masque en extérieur, sauf au milieu d’une foule [1].

Masque, distanciations sociales…rien ne change ou si peu

Suite à la saisine et tenant compte des éléments dont elle dispose, le HCSP a formulé des recommandations, lesquelles font preuve, sans surprise, d’une grande prudence et peuvent se résumer pour le grand public à un message simple : conservez tous les comportements et gestes barrière mis en place actuellement sans aucun relâchement possible, même en étant complètement vacciné – ce qui est le cas au 28 avril de 6 061 920 personnes (soit 9,0 % de la population totale) !

Le HCSP recommande de « poursuivre l’application des mesures barrières en cette période, même en étant vacciné ». Pour enfoncer le clou, il encourage à « engager des campagnes de communication pédagogique à destination des citoyens vaccinés pour leur expliquer l’importance des mesures barrières, même en étant vaccinés » ; sachant que ces « conduites à tenir » devront être réévaluées « en fonction de l’évolution épidémiologique du Covid-19, notamment la proportion de variants préoccupants ».Poursuivre l’application des mesures barrières en cette période, même en étant vacciné. 

Idem pour la politique de « contact tracing », le HCSP recommande de « poursuivre l’inclusion à ce suivi des personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet » et de « considérer que les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet restent définies comme des contacts à risque, même si ce risque est probablement diminué ».

Une seule nouveauté

Seule possibilité de tomber le masque dans un cadre privé familial ou amical en milieu intérieur fermé, que TOUTES les personnes réunies aient bénéficié d’un schéma vaccinal complet et A CONDITION de respecter les autres mesures barrières : hygiène des mains, distance interindividuelle, aération et limitation à 6 du nombre de personnes. Mais, prévient le HCSP, « cette recommandation ne s’applique pas, dès lors que l’un des membres présente un facteur de risque de formes graves (âge, comorbidité) ».

Dans un cadre collectif en population générale (collectivités et milieux extérieurs ouverts), il faut « continuer à respecter l’application des mesures barrières dont le port de masque et de limitation des déplacements en accord avec l’évolution des décisions nationales en fonction de l’avancée de la couverture vaccinale ». Les regroupements de personnes au-delà de ce qui est réglementairement autorisé restent bannis.

Points d’alerte versus raisons d’espérer

Pour établir ces recommandations, le HCSP a mis dans la balance les aspects négatifs et positifs de la situation actuelle. Côté « points d’alerte », ont été pris en compte la situation épidémiologique nationale actuelle jugée « défavorable », « la saturation hospitalière », « l’impossibilité d’évaluer le risque pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet de contaminer d’autres personnes » et « l’incertitude relative à l’impact de la transmission notamment des variants d’intérêt et la faible couverture vaccinale actuelle en France ». Pour les aspects porteurs d’espoir, le HCSP a considéré « l’efficacité des vaccins actuellement disponibles sur les formes graves de Covid-19 », « l’efficacité des mesures barrières sur la transmission du SARS-CoV-2 », et « l’intensification de la campagne vaccinale devant permettre la reprise progressive d’une vie sociale et économique dans la seconde partie de l’année 2021 ».

  1. Haut Conseil de Santé Publique. Avis relatif à l’adaptation des conduites à tenir et des recommandations pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet contre le Covid-19, 11 avril 2021.
  2. Bartsch SM et al. Vaccine Efficacy Needed for a COVID-19 Coronavirus Vaccine to Prevent or Stop an Epidemic as the Sole Intervention. Am J Prev Med. 2020 Oct;59(4):493-503. doi: 10.1016/j.amepre.2020.06.011. Epub 2020 Jul 15. PMID: 32778354; PMCID: PMC7361120.
  3. Moghadas SM et al. The impact of vaccination on COVID-19 outbreaks in the United States. Clin Infect Dis. 2021 Jan 30:ciab079. doi: 10.1093/cid/ciab079. Epub ahead of print. PMID: 33515252; PMCID: PMC7929033.
  4. Moore S et al. Vaccination and non-pharmaceutical interventions for COVID-19: a mathematical modelling study. Lancet Infect Dis. 2021 Mar 18:S1473-3099(21)00143-2. doi: 10.1016/S1473-3099(21)00143-2. Epub ahead of print. PMID: 33743847; PMCID: PMC7972312.
  5. Shilo, S. et al. Signals of hope: gauging the impact of a rapid national vaccination campaign. Nat Rev Immunol 21, 198–199 (2021). https://doi.org/10.1038/s41577-021- 00531-0 46.
  6. Dagan N et al. BNT162b2 mRNA Covid-19 Vaccine in a Nationwide Mass Vaccination Setting. N Engl J Med. 2021 Feb 24:NEJMoa2101765. doi: 10.1056/NEJMoa2101765. Epub ahead of print. PMID: 33626250; PMCID: PMC7944975.
  7. Levine-Tiefenbrun M et al. Decreased SARS-CoV-2 viral load following vaccination. medRxiv. 8 févr 2021;2021.02.06.21251283.
  8. Tran Kiem C et al. Short and medium-term challenges for COVID-19 vaccination: from prioritization to the relaxation of measures. 2021. pasteur-03190243 : https://halpasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03190243/document
Dr ZELER
A propos

Médecin Généraliste Diplômé des Facultés de Médecine de Strasbourg et de Lyon DIU de sexologie

Tagués avec :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.