HPV : comprendre les recommandations vaccinales chez les garçons

HPV : comprendre les recommandations vaccinales chez les garçons

Source : https://www.univadis.fr/viewarticle/hpv-comprendre-les-recommandations-vaccinales-chez-les-garcons-733840

A partir du 1er janvier 2021, la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) sera « désexualisée » et recommandée pour tout individu (garçon ou fille) âgé de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible jusqu’à 19 ans. (1-3)

Cancers HPV-induits chez l’homme et la femme

Plus de 6.000 nouveaux cas de cancers sont causés par les HPV chaque année en France :

  • La moitié touche le col de l‘utérus chez la femme et
  • Un quart survient chez l’homme (1.700 nouveaux cas), dont des cancers de la sphère ORL (1.200 nouveaux cas), de l’anus (360 nouveaux cas) ou du pénis (90 nouveaux cas). (1,2)

Seul le cancer du col de l’utérus bénéficie d’un programme de dépistage national. Par ailleurs, les cancers de la sphère ORL, contrairement aux autres cancers HPV-induits, ne sont pas précédés de lésion précancéreuse observable au niveau de l’oropharynx.

Les HPV sont également responsables de verrues anogénitales, très fréquentes chez les deux sexes (100.000 personnes touchées chaque année). Elles sont certes bénignes, mais peuvent affecter très négativement la qualité de vie, sont récidivantes et leur prise en charge peut s’avérer particulièrement douloureuse.

Devoir éthique et égalité d’accès aux soins 

Il est légitime d’offrir aux hommes le droit d’être vaccinés comme les femmes, d’autant qu’ils participent à la transmission de l’infection dans la population et qu’ils payent également les lourdes conséquences de l’infection. « Désexualiser » la vaccination autorise à sortir d’une politique pouvant être considérée comme discriminante et offre à tous les individus d’une tranche d’âge un droit équivalent d’accès à la protection vaccinale. Augmenter la couverture vaccinale anti-HPV pourrait à terme permettre de réduire la circulation de ces virus dans la population et favoriser une immunité de groupe.

La réponse immunitaire et le profil de sécurité des vaccins anti-HPV sont similaires chez les filles et les garçons. L’absence de lien entre la vaccination et la survenue de maladies auto-immunes a largement été démontée.

En Europe, une quinzaine de pays a intégré la vaccination des garçons dans le calendrier vaccinal. Plusieurs pays ont mis en place un programme de vaccination en milieu scolaire, qui leur permet d’atteindre une couverture vacci­nale élevée.

Nouvelles recommandations en pratique

Toute nouvelle vaccination doit être initiée avec le vaccin nonavalent. (3) Si la vaccination débute :

  • Entre 11 et 13 ans révolus, administrer 2 doses espacées de 6 mois (M0, M6), une dose pouvant être injectée en même temps que le rappel dTPca (diphtérie-tétanos-poliomyélite-coqueluche) ;
  • Entre 14 et 19 ans révolus, administrer 3 doses selon un schéma 0, 2 et 6 mois (M0, M2, M6), une dose pouvant être injectée avec le vaccin contre l’hépatite B dans le cadre d’un rattrapage.

En cas de retard pour la 2e ou la 3e injection, la vaccination sera simplement complétée de la ou des dose(s) manquante(s).

Chez les personnes immunodéprimées (filles ou garçons), la vaccination anti-HPV suit les mêmes recommandations que pour la population générale.

Néanmoins, pour les candidats à une transplantation d’organe solide, la vaccination peut être initiée dès l’âge de 9 ans.

Chez les hommes ayant ou ayant eu des relations sexuelles avec des hommes (HSH), si la vaccination n’a pas été faite antérieurement, elle peut être réalisée jusqu’à l’âge de 26 ans. En effet, les HSH sont particulièrement à risque face au cancer de l’anus HPV-induit, notamment s’ils sont séropositifs pour le VIH (risque multiplié par 100).

Les vaccins ne sont pas interchangeables et toute vaccination initiée avec un vaccin doit être menée à son terme avec le même vaccin.

Références

  1. HAS. Recommandation vaccinale – Elargissement de la vaccination contre les papillomavirus aux garçons. 2019.
  2. HAS. Synthèse de la recommandation vaccinale – Vaccination contre les papillomavirus chez les garçons. 2019.
  3. Ministère des Solidarités et de la Santé. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2020.

Pour en savoir plus :

Dr ZELER
A propos

Médecin Généraliste Diplômé des Facultés de Médecine de Strasbourg et de Lyon DIU de sexologie

Tagués avec : ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.