Comment les enfants sont-ils touchés par l’addiction aux téléphones portables de leurs parents

Une étude récente de l’Académie Officielle de Pédiatrie des Etats-Unis révèle que certains parents ont tendance à délaisser leurs enfants au profit de leur téléphone portable ou autres appareils informatiques.

 

Les parents seraient-ils plus attentifs à leur téléphone portable qu’à leurs enfants ? Une étude a été réalisée pendant deux mois dans un restaurant de Boston pour étudier le comportement des parents et des enfants. Les résultats sont assez révélateurs : lors du déjeuner, plus de 70% des parents ont utilisé à un moment ou à un autre leur téléphone portable, tandis que près de 30% l’ont utilisé en continu.

L’un des chercheurs, le Dr Radesky, pédiatre, a constaté que les parents les plus accros se montraient « irrités et nerveux, essayant dans le même temps de s’occuper de leurs enfants et de poursuivre leur activité sur leur appareil électronique ». Souvent, ajoute-t-elle, « l’enfant essayait d’établir une conversation, mais le parent répondait à contre temps ou à côté, en décalage complet ». En réponse, l’enfant essayait d’attirer l’attention (ce qui augmente la tension) ou se montrait totalement résigné.

Lire la suite ›

Une nouvelle étude montre l’absence de surrisque de maladie auto-immune après vaccination contre le papillomavirus

Source : Le Quotidien du Médecin

Une étude canadienne indépendante (financée par le ministère de la santé et les instituts de recherche médicale canadiens) parue dans le « Canadian Medical Association Journal » montre qu’il n’y a pas de risque supplémentaire de développer une maladie auto-immune (MAI) pour les jeunes filles à la suite de leur vaccination contre le papillomavirus.

Cette étude a employé une méthodologie particulière. Il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective populationnelle, mais plutôt que de comparer les jeunes filles vaccinées avec les jeunes filles non vaccinées, comme c’est le cas dans la plupart des études, les auteurs ont comparé les jeunes filles vaccinées pendant ou hors de leur période dite « d’exposition » au vaccin.

Une méthode différente pour éviter les biais

Les auteurs expliquent en effet que la comparaison de populations vaccinées avec des populations non vaccinées « est particulièrement sujette à des biais quand les facteurs de risque sont largement inconnus ou difficiles à quantifier (comme la susceptibilité génétique), comme c’est le cas pour les MAI. » Ils ont donc utilisé la méthode dites des séries de cas auto-contrôlés, où les cas vaccinés sont leurs propres contrôles car la période de suivi est divisée entre intervalles d’exposition et de non-exposition. La période d’exposition est considérée comme la période postvaccination pendant laquelle les événements sont attribuables aux effets du vaccin.

La fenêtre d’exposition choisie dans cette étude est de 7 à 60 jours après l’injection de la dose de vaccin. « Cette fenêtre est basée sur la physiopathologie sous-jacente et les manifestations cliniques des MAI étudiées ; sur les autres fenêtres d’exposition considérées dans des études sur les MAI et d’autres vaccins ; et sur les délais observés entre vaccination par HPV4 et début des symptômes dans la base de données des centres de contrôle des maladies (CDC) », précisent les auteurs.

Une cohorte de 180 000 filles de 12 à 17 ans

Les auteurs sont partis de la base de données de l’Ontario, constituée à la faveur d’une opération de santé publique proposant gratuitement le vaccin aux filles scolarisées en Grade 8 (âgées d’environ 13-14 ans). Parmi elles, 180 819 jeunes filles de 13,2 ans d’âge moyen (entre 12 et 17 ans) avaient reçu au moins une dose de Gardasil (81,8 % d’entre elles ayant reçu les trois doses).

Dans le groupe des jeunes filles vaccinées, 681 cas de MAI ont été diagnostiqués, dont 11,3 % (77 cas) sont survenus entre 7 et 60 jours après l’injection d’une dose de vaccin (c’est-à-dire pendant la fenêtre d’exposition), ce qui ne correspondait pas à un surrisque de MAI dans la période d’exposition post-vaccination. Les MAI prises en compte étaient au nombre de 12, parmi lesquelles la polyarthrite rhumatoïde juvénile, le purpura thrombopénique immunologique, la paralysie de Bell, les MAI systémiques (lupus érythémateux, sclérose systémique, syndrome de Sjögren, dermatomyosite, polymyosite), la sclérose en plaques, la névrite optique, le syndrome de Guillain-Barré.

Des résultats plus robustes ?

Les auteurs mentionnent des études suédoise, danoise, et française qui sont parvenues aux mêmes résultats mais en comparant des populations vaccinées à des non-vaccinées. Ils mentionnent aussi une étude française ayant évalué le surrisque de MAI chez 2,2 millions de jeunes filles vaccinées (HPV4 et HPV2). Les Canadiens estiment que leur méthodologie est plus robuste que celle utilisée dans ces autres études, et vient confirmer la sécurité du vaccin HPV4. Ils espèrent que ces résultats « rassurent les parents et les professionnels de santé ».

Tagués avec : ,

Remplacement des Dr CADARS et MARIOTTE les 17 et 18 mai 2018

Les Dr CADARS et MARIOTTE seront en formation les jeudi 17 et 18 mai 2018.

  • Le Dr CADARS sera remplacé jeudi 17 et vendredi 18 par le Dr Laurent HALBRONN.
  • Le Dr MARIOTTE ne sera pas remplacé jeudi 17 mais sera remplacé vendredi 18 par le Dr Simon GUIBERT.

Merci de leur réserver un bon accueil.

 

Vous pouvez accéder au calendrier des congès et des remplaçant par ce lien : http://calendrier.cabinet-montblanc.fr/

Tagués avec : , ,

Changement d’adresse pour la prise de rendez-vous en ligne

 

Pour prendre rendez-vous dans notre cabinet, vous devez désormais passer par l’adresse suivante :

https://www.doc-rdv.fr

Ou contacter notre télésecrétariat au 04.67.98.50.29‬ du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00.

 

 


A compter du lundi 16 avril 2018, le télésecrétariat, la prise de rendez-vous par téléphone et la prise de rendez-vous par Internet seront assurées par le Comerbi (Collège des médecins de la région Biterroise), qui s’occupe notamment de la Maison Médicale de Béziers.

L’équipe, composée de 7 secrétaires médicales basées à Béziers, répondra à vos appels et se chargera de prendre les rendez-vous.

Le module de prise de rendez-vous en ligne va également migrer. Il faudra donc vous créer un nouveau compte sur le site https://www.doc-rdv.fr

Changement de télésecrétariat et de module de prise de rendez-vous en ligne

Afin de proposer un service toujours plus adapté à nos patients, les Médecins du Cabinet Médical de Montblanc ont le plaisir de vous faire part d’un changement prochain du fonctionnement des prises de rendez-vous.

A compter du lundi 16 avril 2018, le télésecrétariat, la prise de rendez-vous par téléphone et la prise de rendez-vous par Internet seront assurées par le Comerbi (Collège des médecins de la région Biterroise), qui s’occupe notamment de la Maison Médicale de Béziers.

A partir du 16/04/2018, le numéro de téléphone du cabinet (04.67.98.50.29) sera basculé vers le Comerbi.

L’équipe, composée de 7 secrétaires médicales basées à Béziers, répondra à vos appels et se chargera de prendre les rendez-vous.

Le module de prise de rendez-vous en ligne va également migrer. Il faudra donc vous créer un nouveau compte sur le site dont l’adresse vous sera communiquée prochainement (le temps de finir sa configuration).

Pour les patients qui ont pris rendez-vous en ligne pour une consultation à partir du 16 avril, notre secrétaire s’occupera de transférer les rendez-vous vers le nouveau planning.

Nous vous demandons juste d’appeller lundi matin au 04.67.98.50.29 afin d’avoir la confirmation auprès des nouvelles télésecrétaires que votre rendez-vous a bien été transféré vers la nouvelle plate-forme.

 

Pour les patients du Dr ZELER uniquement :

  • Pour éviter d’avoir des doublons de rendez-vous qui se chevauchent avec les 2 systèmes, le Dr ZELER a décidé de fermer la possibilité de prendre des rendez-vous sur la période du 16 au 20 avril 2018 (que ce soit par internet ou par le biais du secrétariat).
  • La prise de rendez-vous pour la semaine actuelle (9 au 13 avril) ne change pas
  • Pour un rendez-vous à le lundi 16 avril ou après, merci d’appeller à partir de lundi 16/04/2018 au 04.67.98.50.29, ou de passer par la prise de rendez-vous en ligne qui sera réactivée le 15/04/2018.

Le dépistage du cancer colorectal toujours à la peine

Source : http://sante.lefigaro.fr/article/le-depistage-du-cancer-colorectal-toujours-a-la-peine/

 

Damien Mascret observe dans Le Figaro que « quelques jours après l’annonce d’un élargissement des modalités du dépistage du cancer colorectal, l’Institut national du cancer (Inca) fait opportunément le point sur la participation de la population à ce programme qui concerne 19 millions de personnes en France ».

Lire la suite ›

Tagués avec : ,

Il serait judicieux de vacciner les garçons contre les papillomavirus

Source : http://sante.lefigaro.fr/article/-il-serait-judicieux-de-vacciner-les-garcons-contre-les-papillomavirus-/

INTERVIEW – Le Dr Hélène Borne, gynécologue spécialisée dans la prise en charge du cancer du col de l’utérus (Paris-VIII), déplore le manque de vaccination en France.

Lire la suite ›

Tagués avec : ,

Dépistage du cancer de la prostate : le dosage systématique du PSA n’apporte rien

Source : VIDAL – Cancer de la prostate : résultats de la plus grande étude effectuée sur l’impact d’un dosage du PSA

 

Bien que le dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA après 50 ans en l’absence de signe d’appel ne soit pas recommandé en France, il est encore très souvent prescrit, le plus souvent à l’initiative du médecin généraliste.

Pourtant, les unes après les autres, les études internationales montrent les risques d’une telle pratique (surdiagnostic, surtraitement, possibles effets secondaires physiques et psychologiques majeur), alors que la survie et la détection des cancers les plus agressifs ne semblent pas améliorées.

C’est encore le cas de l’étude publiée le 6 mars dans le JAMA, qui constitue la plus vaste analyse randomisée jamais menée sur cette question.

Lire la suite ›

Tagués avec : , , ,

L’Australie sur le point d’eradiquer le cancer du col de l’uterus

Source : http://sante.lefigaro.fr/article/l-australie-sur-le-point-d-eradiquer-le-cancer-du-col-de-l-uterus/

Pierre Kaldy note en effet dans Le Figaro que « dans moins de 20 ans, l’Australie n’aura plus de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus, se sont félicités des spécialistes du pays à la suite d’une étude épidémiologique pilote financée par le département de la Santé australien ».
Le journaliste explique que selon ce travail, « la proportion des femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses des deux principaux types du virus responsables de la maladie a chuté de 23% à 1% entre 2005 et 2015 ! C’est le résultat d’une campagne de vaccination gratuite lancée depuis 2007 auprès des jeunes filles de 12-13 ans et depuis 2013 auprès des garçons dans les collèges ».

Lire la suite ›

Tagués avec : , , ,

Rougeole : la crainte d’une « épidémie d’ampleur »

Vous êtes né dans les années 1980 ? Vérifiez sur votre carnet de santé que vous êtes vacciné contre la rougeole. Il n’est pas trop tard, assurent les autorités qui alertent sur cette épidémie en pleine extension !

Source : Le Figaro, Le Parisien

Lire la suite ›

Tagués avec : ,
Top