Bonne résolution 2020 : Se remettre au sport… une résolution pas anodine

Bonne résolution 2020 : Se remettre au sport… une résolution pas anodine
Image par composita de Pixabay

Source : Le Figaro

Reprendre une activité sportive fait généralement partie des bonnes résolutions de début d’année. Et à condition de respecter certains principes de précaution essentiels, voilà indiscutablement une très bonne idée.

Le Figaro remarque ainsi que « les bienfaits de l’activité physique sont indéniables, mais certaines précautions s’imposent si l’on a plus de 35 ans et que l’on n’a pas pratiqué depuis longtemps ».

Le Dr Patrick Audouy, médecin du sport à Paris, explique que « d’abord, il vous faut choisir une activité que vous aimez ou qui vous attire. Sinon, on ne s’y tiendra pas. Ensuite, il faut en parler avec votre médecin, qui réalisera un bilan de base et pourra vous donner des conseils adaptés à votre état de santé ».

Le médecin ajoute que « ce n’est pas parce qu’on reprend le sport avec des amis que l’on est dans le même état physiologique. Le danger c’est de vouloir forcer ».

Damien Mascret souligne qu’« il faut […] prendre au sérieux l’apparition de symptômes cardiaques tels qu’une douleur dans la poitrine, une sensation de malaise ou la survenue de palpitations, que ce soit pendant ou après l’effort. Il faut alors s’arrêter et consulter son médecin, même si ces symptômes disparaissent ».

Le journaliste note qu’« au Club des cardiologues du sport (CCS), c’est dès 35 ans pour les hommes et 45 ans pour les femmes que l’on recommande de faire un bilan médical (avec notamment un ECG de base, voire une épreuve d’effort) avant de reprendre une activité intense ».

Il indique en effet que « le risque d’infarctus augmente transitoirement pendant l’activité physique. C’est ainsi que 5% des infarctus qui frappent les 35-65 ans surviennent lorsqu’ils font du sport, notamment un jogging. Mais, d’un autre côté, faire régulièrement du sport réduit globalement ce risque. Un petit paradoxe ».

Damien Mascret ajoute que « si l’on est déclaré «apte» au sport, encore faut-il le faire bien. Dans un livre pratique qui sortira en février, J’aime pas courir. Mon guide pour bouger sans m’abîmer (Éditions du Rocher), le Dr Bernadette de Gasquet, médecin et professeur de yoga, passe en revue les erreurs à ne pas faire pour cueillir les fruits d’une «mobilité bienfaisante» ».

La médecin indique en effet que « ne pas bouger est néfaste, mal bouger l’est tout autant ». Damien Mascret explique : « Le Dr Gasquet, qui a formé à sa méthode posturale des centaines de kinésithérapeutes, médecins, éducateurs sportifs à travers l’institut qui porte son nom, insiste évidemment sur l’importance d’avoir une «position juste». Ce qui revient aussi à se grandir pour garder la ligne des épaules éloignée de celle des hanches ».

La praticien précise qu’« avoir une position juste, cela signifie se placer de façon à ce qu’il y ait la plus grande distance entre chaque vertèbre, et cela dans toutes les directions (au-dessus, en dessous, sur les côtés, NDLR) ».

« Voilà pourquoi, par exemple, nager la brasse n’est guère bien vu », poursuit Damien Mascret. Le Dr Gasquet remarque ainsi que « la colonne cervicale est en hyperextension et on ne travaille pas les abdominaux et les muscles antigravitaires (notamment ceux qui aident à se tenir debout bien tonique). En revanche, l’aquagym fait travailler ces muscles, sans surcharger les articulations ».

Dr ZELER
A propos

Médecin Généraliste Diplômé des Facultés de Médecine de Strasbourg et de Lyon DIU de sexologie

Tagués avec :